23.5.08

RENTON MON HEROS... ADIEU...


"Finalement, rien ne vaut la solitude. Le chat, lui l’a comprit. Toujours seul, ne comptant que sur lui même, ainsi, il n’est jamais décu. Ainsi son cœur n’est jamais mal mené. Et quoiqu’il arrive il ne peut s’en prendre qu’à lui même.
Difficile est la vie qui depuis toujours s’acharne à vous mal mener. Que dire. Aujourd’hui nul n’a de patience. Nul ne prend la peine d’essayer. Nul ne s’interesse au lent. Au difficile. Au sacrifice. Tout. Toujours immédiatement là maintenant tout de suite. Plus rien d’autre ne compte. Cela me peine.
Le cœur serré, j’en viens à me demander si un jour ces jeux cesseront. Si un jour le soleil, enfin, se lèvera. Et dès lors mon ciel brillera. Ce jour béni des Dieux où la lumière viendra.
Au final, je ne crois plus que se soit, l’un ou l’autre. Je crois ce que je vois. Et justement, ce que je vois n’est pas si beau à voir. Abandonnés devant la moindre contrariété. Faillis devant l’adversité. Contournant les rivères pour ne pas s’engager sur un pont fragilisé par le temps des années.
A quoi bon. Au final, tous identiques. Las.
Je suis las. Et je préfère alors épargner mon cœur et faire à l’image du chat ma vie de mon côté, sans jamais rien attendre des autres. Quelle tristesse. Quel domage. Un jour peut etre la patience sera récompensée. Et ce jour là. Je ne serai plus là.
Alors je me dis, quelle pitié. Quel domage. Pourtant si vous saviez. Mais voilà, vous ne vous attardez même pas à vouloir savoir. Ne serait-ce qu’un infime moment. Peut-etre que ca vaudrait la peine de s’y attarder, mais las. Personne à ce jour ne daigne le faire. Ou alors, loin. Si loin. Las. Je me lasse de tout cela.
Va petit chat et fait ton bonheur à la chasse. Seul envers et contre tous".

1 commentaire:

Jean a dit…

A ce sujet, ma salope de Bast a jouée les chattes de l'air une semaine avant que je parte àMontréal ; cette conne, il a fallu la chercher en pleine forêt. Mais bon, tout va bien, on l'a retrouvée.
J'ai malheureusement dû la confier pour quelques mois une dame qui par chance est une habituée des chats : elle en avait déjà 22 sur place !!!
22 chats que ma petite Bast a rapidement mis au pas. Elle a été infecte (elle reste fidèle à elle-même la chère petite) pendant 15 jours, le temps de tous les mater. Mêmes les plus hargneux ont compris qui commandait dorénavant !